Apple réduit sa commission à 15 % pour certains développeurs, insuffisant pour calmer les tensions

Apple réduit sa commission à 15 % pour certains développeurs, insuffisant pour calmer les tensions



Seules les entreprises générant moins d’un million de dollars de revenus à partir de l’Apple Store sont concernées. Les grands éditeurs dénoncent une mascarade.

La bataille, qui fait rage entre Apple et les développeurs, n’est pas prête de se terminer. © prima91 – stock.adobe.com
De plus en plus surveillé sur ses pratiques commerciales appliquées à sa boutique d’applications, Apple annonce une réduction de 50 % sur la commission prélevée à partir des paiements effectués sur mobile, pour les apps fournissant des biens et des services numériques (paiements mensuels inclus). Cette remise s’inscrit dans le cadre d’un nouveau programme, qui sera lancé le 1er janvier 2021 : App Store Small Business. L’objectif : aider les petites entreprises et les développeurs indépendants à améliorer leur présence en ligne, investir dans l’innovation, créer de nouveaux emplois et faire évoluer leur activité au sein de l’écosystème de l’App Store.
Les petites entreprises sont au cœur de notre économie mondiale. Ce sont elles qui créent l’innovation et repoussent les limites du possible. (…) L’App Store a été un moteur de croissance économique extraordinaire. La plateforme a permis la création de millions d’emplois et ouvert une voie accessible à l’entrepreneuriat. Ce nouveau programme continue sur cette lancée, en aidant les développeurs à financer leur petite entreprise et en leur permettant de prendre des risques pour tester de nouvelles idées, d’agrandir leur équipe et de continuer à créer des apps qui enrichissent la vie de tous, explique Tim Cook dans un communiqué.
Sur les 28 millions de développeurs d’applications iOS, Apple affirme que la « majorité » d’entre eux devrait pouvoir bénéficier de cette réduction, sans préciser la part qu’ils représentent. Selon les données de Sensor Tower, 98 % des développeurs pourraient être éligibles à cette réduction. Mais ces derniers ne représenteraient à peine 5 % des revenus générés par l’Apple Store en 2019, comme le rappelle le New York Times.
Les conditions d’éligibilité du programme App Store Small Business
Concrètement, les développeurs générant un chiffre d’affaires ne dépassant pas un million de dollars sur l’ensemble de leurs applications, au cours de l’année civile précédente, seront désormais taxés de 15 % sur les achats in-app, au lieu de la traditionnelle commission des 30 %, à l’origine de la polémique. Si les conditions d’utilisation du programme App Store Small Business seront précisées courant décembre, Apple précise déjà certains de ses critères d’éligibilité, à savoir :
si l’entreprise dépasse le seuil d’un million de dollars, le taux de commission standard sera appliqué pour le reste de l’année, à savoir 30 %,
si le chiffres d’affaire de l’entreprise passe en-dessous de ce seuil au cours de l’année (à partir de 2021), elle pourra demander à bénéficier de la réduction à 15 % sur les commissions pour l’année suivante.
À noter que cette annonce ne remet pas en cause la baisse de 15 % de la commission prélevée par Apple sur la deuxième année des abonnements facturés à partir de l’App Store. Celle-ci est appliquée depuis 2016 et concerne l’ensemble des entreprises.
Une annonce insuffisante pour calmer les tensions
Si cette annonce constitue une très bonne nouvelle pour les petites structures et les développeurs indépendants, ces efforts ne semblent pas suffisants pour apaiser les tensions avec les plus grands éditeurs d’applications, à l’image du bras de fer qui l’oppose avec Epic Games. En septembre dernier, l’éditeur du célèbre jeu Fortnite, accompagné de grands noms tels que Spotify, Deezer ou encore Match Group (Tinder) ont lancé la Coalition for App Fairness, afin de dénoncer les pratiques anticoncurrentielles d’Apple. À titre d’exemple, Fortnite, qui compte plus de 133 millions de téléchargements depuis son lancement en mars 2018, a généré 1,2 milliard de dollars de revenus sur l’App Store, selon les chiffres de Sensor Tower. Ces revenus on tété taxés à hauteur de 30 % par Apple.
Certains grands éditeurs, à l’image de Spotify, n’ont pas tarder à réagir pour dénoncer ce qu’ils estiment être une mascarade de la part d’Apple :
Le comportement anticoncurrentiel d’Apple menace tous les développeurs sur iOS, et cette dernière initiative démontre en outre que leurs politiques App Store sont arbitraires et capricieuses. Bien que nous trouvions que leurs frais sont excessifs et discriminatoires, la liaison par Apple de son propre système de paiement à l’App Store et les restrictions de communication qu’il utilise pour punir les développeurs, qui choisissent de ne pas l’utiliser, mettent des applications comme Spotify dans une situation désavantageuse par rapport à leurs concurrents, a déclaré l’application musicale dans une déclaration reprise par The Verge.
Pour rappel, l’entreprise suédoise a déposé un recours en justice en mars 2019, dans lequel elle accuse Apple de violer les règles européennes de la concurrence. La commission de l’UE a de son côté ouvert une enquête en juin dernier pour évaluer si les règles en vigueur sur l’App Store désavantagent réellement les développeurs tiers.
L’App Store, qui a permis à Apple de générer 19 milliards de dollars en achats intégrés, abonnements et téléchargement d’applications payantes, dans le monde au 3e trimestre 2020 (+31 %), représente l’une des activités les plus lucratives de l’entreprise et constitue l’un des piliers de sa stratégie sur les services numériques.

Recevez par email toute l’actualité du digital



Ссылка на источник